Un volcan qui gagne à être connu

Le puy de Louchadière n’est pas le volcan le plus connu de la Chaîne des Puys. Son sommet est entièrement boisée empêchant toute ouverture sur un point de vue. Ce ce volcan massif offre sur ses flancs une promenade rafraichissante qui vaut le détour dans une hêtraie majestueuse. 

puy de Louchadière, un volcan qui vaut le détour

Caractéristiques

Le puy de Louchadière est l’un des plus vastes cônes de scories de la Chaîne des Puys. Ce volcan de type strombolien culmine à 1 198 m. Il présente un cratère égueulé en direction du Sud-Ouest, profond de 150 m. Sa forme est certainement la conséquence d’une déstabilisation d’un des flancs du cône par l’émission de lave à sa base.
Son éruption date environ de 38 000 ans, elle s’est produite en même temps que l’excursion de Laschamps, il s’agit d’une brève annulation du champ magnétique de la Terre qui a été enregistrée dans les laves en refroidissant. Ce phénomène a été découvert par le professeur Bernard Brunhes, directeur de l’Observatoire du puy de Dôme. Pendant longtemps, cette excursion magnétique ne fut connue que dans la coulée de Laschamps, d’où elle tire son nom. Elle a été mesurée 18 fois dans la Chaîne des Puys notamment au puy de Louchadière, et n’a toujours pas été repérée ailleurs dans le monde.

Carte

Louchadière IGN 25

Le saviez-vous ?

Son nom fait surement référence à la forme de son cratère égueulé provenant de l’auvergnat « Lou chadeira » qui signifie « chaise », ou alors de l’ancien provençal « oschar » qui signifie « ébréché ».

Témoins d’histoire

Le flanc Est du volcan a été percuté le pilote d’avion Claude Klush, le 9 juin 1967. Les ouvriers de la carrière de pouzzolane en contrebas ont entendu le bruit du crash et ont retrouvé son corps dans la carcasse l’avion, après des heures de recherches.

Coulée de lave et petits fourneaux

Vue sur le puy de Louchadière

La principale coulée du volcan a atteint une distance de 9,5 km jusqu’à Pontgibaud, où elle a été canalisée dans la vallée de la Sioule.
Cette coulée de lave chaotique aussi appelée « cheire » se caractérise par une surface rugueuse et infertile. La lave riche en silice et visqueuse est rapidement solidifiée. La couche superficielle s’est fragmentée à cause des remontées de gaz à la surface de la coulée expliquant que la cheire soit composée d’amas rocheux, aujourd’hui recouverts d’arbres.
La surface de la coulée est hérissée de petits cônes hauts de quelques mètres appelés des hornitos. Ces cônes volcaniques sont formés par des morceaux de lave chauds libérés lors de l’explosion de gaz et retombés encore liquides et soudés entre eux. Le terme « hornitos » vient de l’espagnol et signifie « petit fourneau ».

Faunes et flores

Les flancs du volcan et l’intérieur du cratère sont recouverts par la hêtraie, essence dominante dans la Chaîne des Puys. Son flanc Nord est recouvert par les résineux, dont certains ont subi de forts dommages lors de la tempête de 1999.
Ici, on trouve le genêt à balais, considéré autrefois comme une plante associée à la magie noire. Il permettrait aussi aux moutons de s’immuniser contre les morsures de vipères. Son écorce était utilisée autrefois pour le tannage, la fabrication de cordes et de balais. En réalité, le genêt possède des vertus pharmaceutiques permettant de réguler le rythme cardiaque et pouvant servir à déclencher les accouchements.
Les sangliers affectionnent les bois du puy de Louchadière. Ils s’y reposent durant la journée et se mettent à la recherche de racines, baies, graines ou retournent la terre en quêtes d’insectes à la nuit tombée. La laie y prépare le « chaudron », nid de mousse et de branchages, où naissent les marcassins en mars.

Galerie d'eau

Conscient de la présence importante de l’eau sous les volcans, l’homme a cherché à la capter. Une galerie sous le volcan de Louchadière a été ainsi creusée entre 1952 et 1955 favorisant la circulation de l’eau et in finé sa captation pour alimenter 40 communes en eau potable.

Randonnée puy de Louchadière

Direction générale de l'Aménagement et du Territoire

Article mis à jour le 17 avril 2018