Berceau de la volcanologie

Le puy de la Nugère, pas le plus spectaculaire volcan de la Chaîne des Puys, son importance est historique et capitale pour l'histoire de la volcanologie. C'est le berceau de la volcanologie, de la pierre de Volvic et des eaux de Volvic.

puy de la Nugère

puy de la Nugère : un « amas » complexe de volcans emboîtés

Caractéristiques

A 20 km de Clermont-Ferrand, au nord de la Chaîne des Puys, se dessine le profil du puy de la Nugère situé à 20 km de Clermont-Ferrand tout à fait au nord de la Chaîne des Puys. Avec ses 994 mètres d’altitude, il revêt pourtant une importance de premier ordre dans l’histoire régionale, l’économie et l’héritage patrimonial local. 

Résultat d’une succession d’éruptions volcaniques

Ce que nous nommons communément le puy de la Nugère est en réalité le résultat d’une succession d’éruptions volcaniques qui en fait un édifice géologique complexe.
A l’origine, le puy de la Nugère est constitué de 3 cônes stromboliens (Figure 1) avant qu’une formidable explosion magmatophréatique (rencontre de l’eau avec le magma) ne vienne pulvériser partiellement le principal de ces 3 cônes (figure 2). Le sommet actuel du puy de la Nugère n’est autre que le vestige de cet ancien cône qui a subsisté suite à l’explosion.
De cette explosion magmatophréatique, il en résulte un lac de lave qui se vidange ensuite en direction de Volvic (figure 3). C’est précisément cette gigantesque coulée figée en trachy-andésite qui sera exploitée par la suite pour en extraire de la pierre de taille.
Enfin sur la surface solidifiée du lac de lave, se sont installés de petits cônes stromboliens dont le puy de la Louve qui eux-mêmes ont à nouveau produit des coulées.

Le résultat d’une succession d’éruptions volcaniques

Noire comme la pierre de Volvic, une signature du patrimoine local

Cathédrale de Clermont-Ferrand

Non ce n'est pas la pollution qui donne cette couleur noire à de nombreux bâtiments de Clermont-Ferrand et ses environs. Le visiteur en est surpris. C'est la pierre de Volvic qui donne cette teinte si caractéristique des édifices urbains de la capitale auvergnate.
Pierre de Volvic ou trachyandésite directement extraite de la coulée de la lave du puy de la Nugère.
Les caractéristiques de cette lave confèrent à la pierre de Volvic des propriétés très appréciées pour la construction : à la fois résistante au gel et aux produits chimiques, la pierre de Volvic possède également un faible coefficient de dilatation.
Son exploitation a probablement démarré depuis longtemps. Elle connait son apogée au moment de la construction des églises auvergnates dont la Cathédrale de Clermont-FerrandOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre en est un fier exemple.

Le puy de la Nugère : berceau de la volcanologie

Jean-Etienne Guettard, l'homme qui découvre la nature volcanique des Monts Domes

Les Auvergnats n’ont pas toujours eu conscience qu’ils vivaient au milieu des volcans. Ce n’est qu’en 1751, que Jean-Etienne Guettard alors conservateur du cabinet d’Histoire Naturelle du Duc d’Orlans comprend la nature volcanique des Monts Dômes.

Ces collines sont en réalité des volcans !

De retour d’un voyage qui l’avait mené jusqu’au Vésuve, Jean-Etienne Guettard reste perplexe devant une fontaine de la ville de Moulins réalisée précisément en pierre de Volvic. Cette pierre lui en rappelle d’autres observées sur les flancs du volcan italien et ne peut donc être qu’une roche volcanique.
Son enquête le conduit rapidement à Riom puis à Volvic sur la coulée de la Nugère. Son intuition se confirme lorsqu’il finit par gravir le puy de Dôme et voit se déployer sous ses yeux l’alignement parfait de la Chaîne des Puys, il comprend que ces collines sont en réalité des volcans !

Des coulées du puy de la Nugère naît la volcanologie.

En 1752, il rédige un mémoire « sur quelques montagnes de France qui ont été des volcans » où il démontre qu’il existe des endroits où les hommes n’ont pas gardé en mémoire les éruptions passées des volcans qui les entourent. Il évoque même la possibilité de nouvelles éruptions en Chaîne des Puys : la volcanologie venait de naître grâce aux coulées du puy de la Nugère.

C'est dans les entrailles du puy de la Nugére que jaillit l'eau pure de Volvic.

Le puy de la Nugère et l’impluvium de Volvic

Captage des eaux de volvic

L’hydrologie en Chaîne des Puys est remarquable dans le sens où le sol volcanique est extrêmement poreux et ne retient pas l’eau de pluie.
Celle-ci s’infiltre immédiatement dans le sous-sol, traverse lentement des couches de scories et de laves sur plus de 100 mètres de profondeur pour rejoindre de vastes galeries naturelles.
L’eau rejaillit plus loin, longtemps après, sous forme de source.

L’eau de Volvic suit très exactement ce parcours à la différence près que sa zone de captage, nommée impluvium est particulièrement protégée contre toute pollution. Le puy de la Nugère fait partie intégrante de l’impluvium des eaux de Volvic.

Origine des sources de Volvic

Dans les entrailles du puy de la Nugère, l'eau de volvic.
1927, le maire de la commune de Volvic, fait creuser une galerie souterraine dans les entrailles du puy de la nugère pour anéantir une épidémie de poliomyélite.
Cette galerie libère alors une grande quantité d’eau au lieu-dit les « Goulets », à l’origine des sources de Volvic.

Direction générale de l'Aménagement et du Territoire

Article mis à jour le 08 novembre 2019